Accueil

 

L'IDEE de l'IDSUP

Le développement de la supervision des métiers de l’accompagnement professionnel

 

• INTEGRER les métiers de l’accompagnement professionnel dans leurs différentes approches.

• DEVELOPPER les compétences des superviseurs et leur professionnalisme par la formation continue

• ELARGIR la palette d'interventions des praticiens(nes) de l'accompagnement par la supervision.

• ENRICHIR la R&D de la supervision par des articles, réflexions, publication des membres certifiés

 

EDITO

 

La supervision, pour qui ?

 

Selon l’ANSE, l’Association of National Organisations for Supervision in Europe, tous les métiers peuvent bénéficier des apports de la supervision, dès lors que celle-ci apporte un regard spécifique sur les interactions entre les personnes, leurs activités professionnelles et l’organisation (institution) :

 

  • des professionnels de l’accompagnement qui travaillent avec des clients ou des patients (psychothérapeutes, travailleurs sociaux, coachs, superviseurs,...) et qui ont besoin d’un espace de réflexion pour travailler leurs comportements et l’impact sur les résultats professionnels, prendre de la distance et clarifier leur positionnement et identité professionnelles,
  • des stagiaires, participants à des formations professionnelles qui ont besoin d’intégrer des compétences spécifiques, des savoirs (connaissances, savoir-faire, savoir-être en situations professionnelles),
  • des organisations et des équipes professionnelles (travailleurs sociaux, coachs internes, RH, manageurs) qui veulent mettre en lumière la face cachée de leur culture, de ce qui est devenu implicite dans leur rapport à une réalité (perceptions subjectives, rapport au pouvoir, à la mission et aux rôles).

Par qui ? Les superviseurs

Pour l’ANSE, « le superviseur est un professionnel responsable d’un environnement favorisant l’atteinte des objectifs du supervisé ».

 

PSF, la fédération des superviseurs professionnels, précise que « la supervision est une relation entre, le coach, thérapeute, le travailleur social, et la personne qualifiée, ne sont pas dans une relation managériale et dans laquelle est discutée, en toute confidentialité, la mission d’accompagnement, dans le but d’améliorer la qualité de cet accompagnement et de renforcer la sécurité de la personne accompagnée ».

 

Quoi ?

IDSUP propose de distinguer encore plus précisément les différents usages du mot superviseur(e)1 :

 

• En France, et selon la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST) un superviseur est :

« une personne qui a la responsabilité d’un lieu de travail ou qui a autorité sur un travailleur ».

Cette définition au sens large peut s’appliquer à différentes personnes dans un milieu de travail, notamment les membres de la direction, le personnel d’atelier, les membres de l’unité de négociation ou des gens dont le titre de poste n’inclut pas le mot « superviseur ».

 

• Dans certains grands groupes, les dirigeants se définissent comme « superviseur » de leur équipe et n’utilisent plus le terme de « manager » pour se définir. Les dimensions de contrôle et de management restent légitimées par la place occupée dans l’organigramme. Par ailleurs, des superviseurs dans le domaine de l’audit, du consulting, de l’informatique sont nommés « superviseurs », sans pouvoir hiérarchique direct. Ils ont une autorité sur la coordination du projet (à durée déterminé) ou bien une mission spécifique de support au management.

 

• Le superviseur, selon IDSUP, est celui ou celle qui accompagne un client professionnel, qui lui-même accompagne, une personne appelée "client final » (coaching en entreprise) ou un public spécifique (personnel médico-social, bénévoles).

La relation superviseur/praticien supervisé est co-définie dans un « contrat de supervision » puis signé :

- soit par la personne elle-même pour les professions libérales, indépendants, demandes particulières,

- soit par un représentant de l’organisation pour un(e) professionnel(e) salarié(e) ou une équipe.

Établir des contrats de supervision de qualité et éthique avec « le client » suppose que le, la superviseure soit conscient(e) de ses responsabilités et des activités qu’il(elle) aura mettre en œuvre.

 

Les activités du superviseur sont les mêmes, quelques soient les typologies de métier : de coachs, consultants, managers, psychothérapeutes, professionnels de l’insertion, du social, de la santé, formateurs, bénévoles.

 

Le référentiel ADAD d'IDSUP distingue quatre activités principales du superviseur :

• Accueillir la demande du client et formaliser le diagnostic des besoins.

• Définir le plan d’accompagnement et établir le contrat de supervision.

• Accompagner au développement personnel et professionnel des acteurs de l’accompagnement.

• Développer et assurer l’amélioration continue de la pratique professionnelle de superviseur(e).

Pourquoi ?

IDSUP a mis en place ce référentiel pour développer les pratiques, avec une base partagée, lors de :

  • formations qui posent des repères en terme de compétences à mettre en œuvre pour que les superviseurs s’auto évaluent, apprécient leurs compétences existantes, prennent conscience de leurs spécificités et se définissent des axes d’apprentissages potentiels pour développer et maintenir leur professionnalisme.
  • rencontres de la communauté, de superviseurs et superviseures certifiées, qui poursuit la recherche en vue de garantir et sécuriser les pratiques.

 

 

A bientôt

 

Martine Volle

Présidente de l'IDSUP.

 

 

superviseur(e)1: A l'instar de nos amis de Quebec, les articles de l’IDSUP utilise la terminologie superviseure, qui s’est glissé dans le langage en France (sans débat sur le sujet pour l'instant) comme le féminin de professeur/professeure (formes condamnées par l’Académie française). L’usage du mot superviseur au féminin, serait, d’un point de vue académique superviseuse.

 

 

Actualité - 5 ème promotion :

 

Inscription ouverte pour l'édition 2019 de la formation à la pratique de la supervision

 

sur rendez-vous à : m.volle@idsup.fr

IDSUP*

Institut de développement de la supervision

m.volle@idsup.fr